20 sept. 2018

Étude en rouge 🔥🔥🔥🔥🔥

Auteur(s) : Sir Arthur Conan Doyle
Saga : Sherlock Holmes
Genre : Policier
Edition : Le livre de Poche - 2015
Nombres de pages : 188




Au n°3 de Lauriston Garden, près de Londres, dans une maison aide, un homme est trouvé mort. Assassiné ? Aucune blessure apparente ne permet de le dire, en dépit des taches de sang qui maculent la pièce alentour. Sur le mur, griffonnée à la hâte, une inscription : Rache ! Vengeance ! Un fil ténu, un fil rouge que seul Sherlock Holmes est capable de dévider. Une intrigue tout en subtilités où, pour la première fois, Watson découvre le maître...




Qu'est-ce que j'en pense ? 

L'automne approchant (Youpi 😄 !!), j'ai eu envie de me relire une énième fois les aventures d'un de mes personnages littéraires préférés, à savoir le grand Sherlock Holmes ! Et quoi de mieux de me replonger dans la première aventure de ce détective si particulier et son fidèle ami, le Dr Watson 😉 ?

C'est donc en connaissance de cause que je me suis lancée. Et malgré le fait que je connaisse par cœur les péripéties de ces deux compères je suis encore et toujours fascinée par les déductions de M. Holmes 🔍.

De plus son caractère boderline et décalé me plaît tellement que c'est un bonheur de le retrouver à chaque fois. Par la plume de Conan Doyle, claire mais travaillée, ce personnage prend littéralement vie, on en vient à mélanger réalité et fiction, tellement Sherlock Holmes nous paraît réel.
Les autres personnages ne sont pas en reste et bien sûr notre narrateur, le Dr Watson nous tient en haleine avec ses propres questionnements avant le couperet tombe et Holmes nous dévoile les subtilités de l'affaire, comme d'habitude quoi 😆.

Je suis toujours un peu moins fan de la deuxième partie de ce roman mais elle complètement indispensable pour comprendre les tenants et aboutissants de l'intrigue.

Bref la fan en moi vous le conseille puissance 1000, et bien entendu c'est un coup de cœur et ce, depuis des années 😍.

3 sept. 2018

Phobie 🌻🌻🌻🌻

Auteur(s) : Sarah Cohen-Scali
Saga :
Genre : Thriller - Jeunesse
Edition : Gulf Stream éditeur - 2016
Nombres de pages : 400




Une odeur de moisi. Une cave. L'obscurité totale. Et la peur. La peur qui prend aux tripes. Cauchemar... ou réalité ? Anna ouvre les yeux et prend peu à peu conscience qu'elle n'est pas en train de faire le cauchemar récurrent qui la tourmente depuis son enfance, mais qu'elle est bel et bien séquestrée. Qui l'a enlevée ? Le croque-mitaine qui la terrorise depuis qu'elle a cinq ans, ou un homme de chair et d'os ? Chargé d'enquêter sur l'enlèvement de la jeune fille, le commandant Ferreira doit collaborer avec un psychiatre, le docteur Fournier. Son enquête est vite reliée à une autre, celle de la disparition du père d'Anna, onze ans auparavant. Onze années de silence et d'oubli à parcourir. Un voyage à rebours, au cœur d'une mémoire secrète.




Qu'est-ce que j'en pense ? 

Et c'est parti pour la lecture d'août du Gulf Stream Challenge 😀 ! Et je l'avoue c'est un des livres de la collection Electrogène qui me tentait le plus et un des premiers que n'est pas une relecture 😉.

Tout d'abord, j'ai beaucoup aimé la façon dont l'autrice nous fait entrer dans l'histoire. Pas de préparation, on entre directement dans le vif du sujet et c'était très sympa. Dès le début, on sent l'angoisse, l'incompréhension du personnage principal. Sarah Cohen-Scali est très douée pour nous emmener dans son histoire en restant toujours sur la ligne entre réalité et fantastique ce qui nous fait rester dans un brouillard constant dans un gros premier tiers du livre.
Ces premiers chapitres sont suivis par une intrigue en parallèle dans un genre plus policier où d'autres personnages partent à la recherche d'Anna. Adepte des thrillers et des enquêtes j'ai bien aimé cette partie. A noter cependant que certains dénouements cèdent à des facilités d'écriture qui sont un peu dommage.
Et enfin la dernière partie de ce roman multi-genre nous présente un aspect un peu science-fiction/anticipation que je n'avais clairement pas vu venir et qui s'accorde très bien au reste de l'intrigue, cela ne semble pas tomber comme un cheveu sur la soupe et c'est très agréable.
En clair, l'autrice nous offre une histoire à rebondissements à la marge de plusieurs genres sans tomber dans du too much et de l'improbable. Cela permet vraiment un très bon moment de lecture.

Le bémol, parce que oui j'ai toujours un bémol comme d'habitude 😜, je me suis un peu perdue dans les dates. En effet, plusieurs évènements anciens se recoupent dans cette histoire et j'avoue que plusieurs fois j'ai perdu le fil.

A part ça, je recommande cette lecture si vous avez envie d'un mélange des genres très réussi 😊.

29 août 2018

Le cycle d'Oz, volume 1 : Le Magicien d'Oz - Le Merveilleux Pays d'Oz 🌻🌻🌻🌻🌻

Auteur(s) : Lyman Franck Baum
Saga : Le Cycle d'Oz
Genre : Fantasy - Jeunesse
Edition : Éditions du Cherche-Midi - 2013
Nombres de pages : 392


Le Magicien d'Oz raconte l'histoire de Dorothy, une petite fille qui vit au Kansas chez son oncle et sa tante. Emportée par un cyclone avec son chien Toto, elle se retrouve dans un étrange pays où, avec l'aide de compagnons un peu bizarres – un épouvantail, un homme en fer-blanc et un lion froussard –, elle va affronter non seulement une sorcière particulièrement cruelle, mais aussi des tigres, des singes volants, des loups affamés, une araignée géante...

Le Merveilleux Pays d'Oz est la suite du Magicien d'Oz. Le lecteur y fait la rencontre de Tip, un jeune garçon contraint de servir la sorcière Mombi et qui finit par s'échapper avec Jack, un drôle de bonhomme en bois à tête de citrouille. Ensemble, ils vont s'aventurer dans une contrée merveilleuse et affronter de nombreuses épreuves.



Qu'est-ce que j'en pense ? 


Fan inconditionnelle du film de 1939 depuis d'aussi loin que je m'en souvienne et ayant eu lorsque j'étais petite une cassette audio (coup de vieux bonjour 😆 !) de l'histoire, j'ai eu envie de me plonger dans le livre originel. Et quitte à le faire autant ne pas lire seulement le tome 1 du Cycle d'Oz mais bien tout le cycle, comprenant 6 tomes édités en France.

Grâce à ce premier volume j'ai pu avec délectation me replonger dans mon enfance chérie et que ça fait du bien 😄. Surtout quand d'un coup après un super été ensoleillé, ce filou de soleil se met à se cacher derrière les nuages nous privant de cette lumière si agréable 😉.

Pour le premier tome ma critique ne va pas être très surprenante : je suis toujours aussi amoureuse de cet univers ! C'était magique, drôle, coloré, bref c'était Le Magicien d'Oz dans toute sa splendeur💚!
Pour les personnes qui ne connaissent ce livre que de nom, si vous vous lancez n'oubliez pas que ce roman est un conte pour enfants d'un nouveau genre écrit en 1900 et on est donc bien dans une lecture très jeunesse. Soyez dans cet état d'esprit si vous décidez de vous mettre au Cycle de Lyman Franck Baum.

Alors pourquoi ce volume 1 n'est pas un coup de cœur ? Eh bien parce que j'ai quelques petites choses à redire sur l'intrigue du Merveilleux Pays d'Oz. L'univers est identique, les personnages si particuliers sont du même ton que le premier opus (on retrouve d'ailleurs nos amis l’Épouvantail et Le Bûcheron de Fer Blanc) c'est drôle, les personnages sont lancés dans un quête, bref tout pour me plaire et me relancer dans ce cocon tout doux qu'est le monde de l'auteur.
Mais malheureusement, je suis mitigée sur l'aspect donné aux méchants de l'histoire. En effet, l'image de la gente féminine y est représentée de façon très stéréotypée et ça, ça a le don de légèrement déranger ma lecture.
Bien entendu, le fait de me rappeler que ce livre a été écrit en 1904 m'a permis de relativiser lors de ma lecture, mais cela reste cependant un peu désagréable.

Mais vous l'aurez compris je suis complètement conquise par ce monde, ces personnages et ce depuis ma petite enfance et cela fait que de façon générale, mon avis reste très très positif 😊.

21 août 2018

Museum, killing in the rain - Volume 1 🌻🌻🌻🌻

Auteur(s) : Ryôsuke Tomoe
Saga : Museum, killing in the rain
Genre : Manga - Seinen
Edition : Éditions Pika - 2017
Nombres de pages : 336




Une femme dévorée par des chiens, un homme découpé en petits morceaux… Une série de meurtres, un seul indice… une signature sur chaque scène, un petit message laconique, un verdict inscrit sur un papier. Le lieutenant Sawamura, secondé par le sergent Nishino, enquête mais manque cruellement de pistes. Et pour ne rien arranger, Sawamura n'arrive plus à joindre sa femme qui a quitté le domicile conjugal avec leur fils…







Qu'est-ce que j'en pense ? 

Sur les conseils de la booktubeuse Too Face Lizzie qui avait vraiment aimé cette duologie d'intégrales de la saga manga de Ryôsuke Tomoe, je me suis laissée tenter par ce manga thriller/horreur 🗡.

Ça faisait très longtemps que je n'avais pas lu de manga. Comme beaucoup de personnes en France et ailleurs, j'ai eu une très grosse période de mon adolescence vouée à la lecture des mangas. Puis je m'en suis un peu éloignée, sans trop savoir pourquoi d'ailleurs 😶.
J'avoue que récemment j'ai eu envie de m'y remettre mais pour découvrir un genre que je n'avais quasiment jamais lu, à savoir le manga adulte, le seinen.
Les histoires glauques ou terrifiantes que promettent cette face du monde de l'illustré japonais me faisaient pas mal de l’œil, jusqu'à ce que ma route croise Museum. En plus, de découvrir ce genre, j'ai également découvert les mangas grand format, les grandes planches permettant de bien rechercher les plus petits détails, c'est vraiment très agréable. Ça m'a un peu donné l'impression d'être une novice dans la mangasphère 👍.

Bon que dire à part que cette histoire est juste parfaitement ficelée. Les intrigues s'enchaînent sans répit pour le lecteur et les déductions du lieutenant, personnage principal de l'histoire, sont bien argumentées.
Petit bonus pour l'antagoniste psychopathe qui a sa propre logique, ses propres tares personnelles et qui croise si souvent Sawamura dans sa vie de tous les jours qu'il nous en donne des frissons 🐸.

Ce livre est une très bonne lecture qui me donne très fortement envie de me relancer dans le monde du manga, notamment dans celui du seinen thriller/horreur qui m'intrigue pas mal. Cependant ce opus me laisse un peu sur ma faim, j'espère que la deuxième intégrale sublimera ma lecture de cette saga.

3 août 2018

Sanctuaires 🌻🌻🌻🌻🌻

Auteur(s) : Clélie Avit
Saga : La saga des Quatre Éléments
Genre : Fantasy
Edition : Éditions du Masque (MSK) - 2016
Nombres de pages : 439


Les Vents, les Terres, les Eaux, les Feux. Quatre éléments, quatre territoires : la Friyie. Quand Ériana a rencontré Setrian, jeune messager des Vents, elle ignorait tout du danger qui menaçait le pays , de la prophétie qui la désignait et des pouvoirs qu’elle détenait. Il aura fallu une quête en territoire des Terres, un périple riche d’aventures et de rencontres, et l’affrontement avec les membres du terrible Velpa pour qu’elle s’accepte comme celle qui sauvera les quatre communautés. Après les Messagers des Vents, Clélie Avit continue avec Sanctuaires sa généreuse et palpitante saga fantastique. Ériana, affranchie de ses doutes et sous la précieuse protection de Setrian, poursuit la vaste mission qu’elle s’est vue confier par le conseil des Vents. Pour cela, elle va au-devant des quatre éléments, de son apprentissage et des connaissances révélées par la prophétie. Mais la prophétie n’en finit pas de dévoiler ses secrets, et les obstacles seront au rendez-vous, plus douloureux que jamais.


Qu'est-ce que j'en pense ? 

J'avais très envie de continuer cette saga et le temps permettant des fins d'après-midi posée à la plage, je me suis dit que c'était le moment parfait 🌞.

Eh bien, pour ce qui est de l'écriture, elle est fidèle au tome 1 et c'est très agréable car cela permet à l'histoire de rester fluide et constante. Dans ce deuxième tome, plusieurs groupes se forment et cela impacte l'histoire et la façon dont Clélie Avit doit rédiger son roman. De ce fait, le récit est entrecoupé de sauts dans l'espace permettant de passer d'une équipe à l'autre. Cela donne du rythme et du dynamisme à l'intrigue et ce n'est pas pour me déplaire 😊.

Après la forme, parlons du fond. L'histoire reprend pile à l'endroit où le tome 1 nous avait laissé ce qui accentue cet effet de fluidité dans le passage d'un tome à l'autre. Et pour ceux qui, comme moi, ont laissé un peu de temps passer entre la lecture du 1 et du 2, des petits rappels sont placés çà et là, par petites touches ce qui n'alourdit pas le début du livre avec un effet "previously in la saga des Quatre Éléments" 😆.
La nature des péripéties changent un peu, de nouvelles alliances font surface et permet de surprendre un peu le lecteur. Petit plus pour le personnage de Gabrielle qui, dans cet opus prend une plus grande part dans l'histoire et nous la voyons voir autrement que dans le premier tome, elle gagne nettement en profondeur au niveau de sa personnalité.

Cependant comme dans Les messagers des vents la romance principale était encore un peu trop mièvre à mon goût. Du "je t'aime", "moi aussi", "mais je ne peux pas être ce que tu attends de moi", "je ne suis pas digne de te protéger" en veux-tu en voilà, c'est too much pour moi (déso, pas déso 😆). La deuxième intrigue amoureuse qui se met en place entre deux autres personnages, elle, m'a plus plu. Elle est plus subtile, moins "facile" et j'ai apprécié lire les chapitres développant ces sentiments plus contrastés.

Enfin, la fin est très sympa et donne clairement envie de lire le tome 3. Mais je lance un warning 🚨!
Je sens dans ces derniers chapitres les prémices d'un triangle amoureux et c'est clairement pas un bon point pour moi... J'espère que ça n'était qu'un moment passager et que l'ont va vite oublier cette petite tentative de trio.

17 juil. 2018

La boîteuse 🌻🌻🌻🌻

Auteur(s) : Françoise Grard
Saga :
Genre : Thriller - Jeunesse
Edition : Gulf Stream éditeur - 2016
Nombres de pages : 245


Je n'aurais pu dire pourquoi cette certitude se glissait en moi comme un serpent froid entre mes omoplates. Seulement que je savais que mon salut ne passerait plus par lui ; une évidence monstrueuse qui ne me révoltait même pas. Wilfred ne viendrait plus.
Trahie par Wilfred, qui l'a abandonnée seule et blessée au milieu des Highlands désertes, Aurore, revenue infirme d'Ecosse, se protège des autres et de l'amour comme elle le peut. La jeune femme se reconstruit à tâtons et étouffe en elle colère et angoisses, bien décidée à ne plus jamais entendre parler de celui qu'elle a tant aimé. Mais à la suite d'étranges révélations et de signes inquiétants, elle doit se résigner, malgré elle, à remonter sa piste. Tandis que le mystère s'épaissit, elle s'aperçoit que, prise au piège des apparences, elle s'est trompée sur lui. Découvrir la vérité sur Wilfred entraînera la jeune fille au coeur de lourds secrets et d'un terrible drame familial.



Qu'est-ce que j'en pense ? 

J'ai enchaîné ma lecture de juin du Gulf Stream Challenge (#gulfstreamchallenge sur Instagram) avec celle de juillet, La boîteuse de Françoise Grard.

Et mon avis sera en demies-teintes.

Premièrement, j'ai aimé la façon d'écrire de l'autrice. Pendant que je parcourais le livre au début, la description de l'accident, de la douleur, des difficultés de se déplacer m'ont touchée sentimentalement et même physiquement. En effet, il y a quelques années je me suis blessée très fortement. Pas autant qu'Aurore heureusement pour moi mais j'ai eu une convalescence lente et des pics de douleur à ma cheville très aigus. Et lorsque que je lisais l'histoire, j'avais des réminiscence de ma douleur passée. Ce qui me fait dire que, sur moi, la plume de Françoise Grard a été immersive.
Bien entendu, mon passé a joué une grand part dans mon appréciation, mais je pense qu'elle saura vous trouver même sans avoir expérimenté ce genre de blessure.
J'étais happée dans cette histoire d'abandon, de rejet, de reconstruction. J'ai beaucoup apprécié le côté ni blanc ni noir des sentiments d'Aurore. En effet, même quand une personne nous a fait du mal, si on l'a aimé profondément, on le déteste mais nos sentiments passés ne disparaissent pas d'un coup de baguette magique. Dans ce roman, l'autrice nous montre bien cette ambivalence dans la tête et le cœur de son personnage principal.

Mais passons à l'aspect que j'ai moins aimé : la fin. Et oui, l'autrice a bien développé à mon goût les 2 premiers tiers de son roman, j'étais plongée dans cette recherche de la vérité et la fin retombe comme un soufflé (j'aime bien cette expression en ce moment 😆). On a presque l'impression que l'autrice a dû se dépêcher de trouver une fin alors qu'elle n'était pas inspirée et, malheureusement, ce n'est pas du tout cohérent et crédible, de mon point de vue.

C'est vraiment dommage car je pense que Françoise Grard avait ce qu'il fallait pour créer une meilleure fin, au vue du début de son ouvrage. Cependant, malgré cela, j'ai passé un très bon moment de lecture 😊.

15 juil. 2018

Sang-de-lune 🔥🔥🔥🔥🔥

Auteur(s) : Charlotte Bousquet
Saga :
Genre : Science-Fiction - Jeunesse
Edition : Gulf Stream éditeur - 2016
Nombres de pages : 312




Alta. Une cité où les femmes sont soumises à l'autorité des fils-du-soleil. Gia, comme toutes les sang-de-lune, doit docilement se plier aux règles édictées par le conseil des Sept, sous peine de réclusion, ou pire, de mort. Impossible d'échapper au joug de cette société où règne la terreur. Pourtant, le jour où sa petite soeur Arienn découvre la carte d'un monde inconnu, les deux jeunes filles se prennent à rêver à une possible liberté. Mais ce rêve est bientôt menacé par l'annonce du mariage de Gia. Le temps presse, elles doivent fuir. Or, pour atteindre ce monde mystérieux qui cristallise leurs espoirs, toutes deux doivent traverser les Régions Libres, un territoire effrayant où cohabitent hordes barbares et créatures monstrueuses, issues de la matière même de l'obscurité.



Qu'est-ce que j'en pense ? 

Lecture de juin de mon Challenge Gulf Stream, ce roman est un coup de cœur complet 💙! 

Par où commencer ? D'abord, comme dans Là où tombent les anges, la plume est fluide et va directement à l'essentiel, ce qui accentue les passages violents autant physiquement que mentalement. De plus l'écriture de Charlotte Bousquet est fortement imagée. En effet, grâce à ses descriptions, elle nous fait entrer dans son monde et pendant toute la lecture nous nous retrouvons dans ce monde très sombre, terne et plutôt froid (couleurs bleue, violet, beige...). Cette ambiance fait opposition aux puits de lumière et au Soleil de manière générale, divinité au cœur de cette civilisation.

Tiens parlons de cette civilisation justement. L'autrice arrive très bien à décrire la dualité entre soumission et rébellion qui se créer dans l'esprit de l'héroïne. De plus, elle arrive à nous donner un sentiment d'injustice et même, pour ma part, de colère en découvrant les principes de ce monde si misogyne (et c'est peu de le dire 😡 !).

Dans la seconde partie de l'histoire, les différents sentiments de Gia sont magnifiquement développés sans tomber dans le pathos gratuit et pour ça je tire mon chapeau à Charlotte Bousquet !
Sans oublier un énorme point positif pour la lectrice que je suis, il n'existe pas dans cette histoire de love interest sans but et c'est tellement rafraichissant dans un livre Young Adult. Les intrigues amoureuses sont toujours sporadiques et expliquent certaines réactions des personnages, ce ne sont pas des sentiments lancés comme ça sans réflexion. A noter également des amours homosexuels qui ne sont pas sur-expliqués, pour les justifier comme on  le retrouve souvent. Ici ce sont des sentiments, point. Pas de distinction et encore une fois merci Charlotte Bousquet pour cela 👍.

Bref vous comprendrez que je suis tombée carrément amoureuse de ce livre et je conseille et re-conseille pour tout ceux qui souhaite une première approche de la littérature féministe 😊.